Citation film Grey's Anatomy

Citations d'amour, de films, d'humour, proverbes francais chinois

70 740 citations célèbres : citations-celebres.com
8777 auteurs
366 films

Rechercher citation

Recherche citation celebre Recherche avancée

Citations par tags

20 ans   30 ans   40 ans   action   alcool   ambition   amitié   amour   anniversaire   apocalypse   argent   art   avenir   bénévolat   bible   bien   bonheur   calme   caractère   célèbre   challenge   chance   changement   chanter   chat   chemin   cheval   chien   chocolat   ciel   cinéma   citation   coeur   colère   communication   confiance   connaissance   conscience   conseil   corps   couple   courage   crise   culte   culture   danse   déception   décision   déclaration   défi   définition   démocratie   départ   désert   désir   diable   Dieu   dispute   doute   droit   drole   enfant   enfer   ennemi   entendre   enthousiasme   entreprise   erreur   espoir   esprit   excellence   échec   école   économie   écouter   écrire   écriture   éducation   émotion   équilibre   famille   femme   fête   foi   fort   fou   français   gendarme   gouverner   guerre   haine   handicap   hasard   héros   hiver   homme   honneur   honnête   honte   horloge   humour   identité   ingénieur   injustice   insomnie   intelligence   italien   jalousie   jardin   jeunesse   joie   jour   justice   leadership   lettre   liberté   lion   loi   lumière   maison   mal   management   mariage   mensonge   mer   mère   métaphore   militaire   miracle   monde   morale   mort   motivation   musique   naissance   nature   Noël   nuit   optimisme   orgueil   paix   paradoxe   pardon   parole   passé   patience   pauvre   pensée   peplum   persévérence   peur   père   philosophie   pixar   poète   police   politique   présent   prière   printemps   problème   protection   proverbe   qualité   racisme   raison   rasta   respect   responsabilité   retrouvailles   réalité   réputation   révolution   rêve   riche   risque   romantique   russe   sagesse   saison été   science   sel   sécurité   sieste   silence   simple   ski   soleil   solitude   sommeil   souffrance   sourire   souvenir   sport   stabilité   succès   temps   tendresse   tentation   théâtre   tolérance   travail   triste   vacances   valeur   vérité   victoire   vie   vieillir   village   violence   voir   volonté   voyage   walt disney  

Citation aléatoire

Citations célèbres du jour Citation aleatoireLa lune ne brille pas assez Pour les yeux aveuglés par l'amour.

Citations par auteur

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Top 20 auteurs

Auteur celebre citation Recherche auteur
Citation Ray Bradbury Citation Ray Bradbury
Citation Descrea Citation Descrea
Citation William Collier Citation William Collier
Citation Max Lucado Citation Max Lucado
Citation Kevin Bright Citation Kevin Bright
Citation Henry Ward Beecher Citation Henry Ward Beecher
Citation Félix Neff Citation Félix Neff
Citation Francis Picabia Citation Francis Picabia
Citation Jacques Lamarche Citation Jacques Lamarche
Citation Charles Aznavour Citation Charles Aznavour
Citation Antoine Baudeau De Somaize Citation Antoine Baudeau De Somaize
Citation Jocelyne Felx Citation Jocelyne Felx
Citation Eschyle Citation Eschyle
Citation La Rochefoucault Citation La Rochefoucault
Citation Proverbe Savoyard Citation Proverbe Savoyard
Citation Georg Christoph Lichtenberg Citation Georg Christoph Lichtenberg
Citation Isabelle Alonso Citation Isabelle Alonso
Citation Jacob Bronowski Citation Jacob Bronowski
Citation Christine Angot Citation Christine Angot
Citation Robert Laffont Citation Robert Laffont


TOP 10 citation film

Citation film Les frères Scott Citation film Les frères Scott
Citation film Desperate Housewives Citation film Desperate Housewives
Citation film Ma Première fois Citation film Ma Première fois
Citation film Le Parrain Citation film Le Parrain
Citation film Grey Citation film Grey's Anatomy
Citation film Intouchables Citation film Intouchables
Citation film Charlie et la Chocolaterie Citation film Charlie et la Chocolaterie
Citation film Titanic Citation film Titanic
Citation film Hunger Games Citation film Hunger Games
Citation film Pearl Harbor Citation film Pearl Harbor


Recherches populaires

Citation populaire recherche Recherche avancée
Phrase viePhrase vie 2722
Citation  dieuCitation dieu 2533
Proverbe Oscar WildeProverbe Oscar Wilde 2129
Maxime amourMaxime amour 2100
Proverbe longueProverbe longue 1921
Citation  rastaCitation rasta 1513
Maxime connuMaxime connu 1498
Phrase coluchePhrase coluche 1494
Proverbe JappeloupProverbe Jappeloup 1403
Maxime anniversaireMaxime anniversaire 1375


Citations film Grey's Anatomy

phrase connue Films Citation Films  > Citations Grey's Anatomy
J'hésitais, j'ai changé trois fois de robe, je voulais être élégante, j'aurais pu être là plus tôt, mais j'arrivais pas à choisir la robe que j'allais mettre. [...] Toute à l'heure il me demandait en mariage, et maintenant il va être envoyé à la morgue... C'est ridicule non ? C'est pas le truc le plus débile que vous ayez entendu ?  Izzie.   phrase connue cinémacinéma phrase connue mariagemariage

Note1 citation 14081 Note2 citation 14081 Note3 citation 14081 2.33 7
Grey's Anatomy réalisé par Shonda Rhimes en 2005 Citation Grey's Anatomy sur Facebook Citation sur Twitter / Grey's Anatomy Citation sur Google+ Grey's Anatomy



Dans le même film Grey's Anatomy

  • - Mais ou t'étais passé ?! Ça fait des heures que je t'attends ! Et j'ai fait ce truc débile, ridicule, embarrassant et humiliant ! Et j'allais te dire que ce que tu vois la c'est notre cuisine, et la c'est notre salon, et la bas c'est une salle de jeux pour tous nos enfants... Et j'allais t'expliquer comment j'allais faire pour construire une maison mais ça je sais pas faire parce que je suis chirurgien ! Et maintenant j'ai vraiment l'air d'une conne...
    - ...
    - Ça y est, c'est cool je suis guérie. Et toi tu viens même pas ! Et tout est gâché parce que t'es rentré trop tard... Et j'ai pas pu trouver cette bouteille de champagne...
  • Je suture une banane dans l'espoir vain que ça réveillera mon cerveau.
  • It's a beautiful day to save lives. Let's have some fun.
  • Le jeux. On dit qu'une personne a tous les atouts en mains, ou qu'elle n'a rien. ma mère avait tous les atouts, c'était une des meilleures. Moi au contraire, je suis mal partie.
  • Ah pardon, je suis méchante quand je suis crevée.
  • J'ai toujours dit que je serai heureuse seule. J'aurais mon travail, mes amis. Mais quelqu'un dans votre vie tout le temps ? Ça fait plus de problèmes qu'autre chose. Apparemment je m'en suis remise. Il y a une raison pour laquelle je dis que je serai mieux seule. C'est pas parce que je pensais être mieux seule. C'est parce que je pensais que si j'amais quelqu'un... et que ça foirait je le supporterais pas. C'est plus simple d'être seule. Car si vous apprenez que vous avez besoin d'amour mais que vous n'en avez plus ensuite ? Si vous aimiez et que vous en aviez besoin ? Si vous construisiez votre futur autour... et que ensuite ça foirait ? Vous pourriez survivre à tant de peine. Perdre l'amour c'est comme endommager un organe, c'est comme mourir. La seule différence c'est que la mort a une fin mais cette souffrance, elle peut durer éternellement.
  • Peut importe à quel point vous luttez... Vous tombez. Et c'est terrifiant... Si ce n'est qu'il y un bon coté à cette chute libre, c'est une chance que vous donnez à vos amis de vous rattraper !
  • Ils nous rendent la vie dure intentionnellement.
  • J'hésitais, j'ai changé trois fois de robe, je voulais être élégante, j'aurais pu être là plus tôt, mais j'arrivais pas à choisir la robe que j'allais mettre. [...] Toute à l'heure il me demandait en mariage, et maintenant il va être envoyé à la morgue... C'est ridicule non ? C'est pas le truc le plus débile que vous ayez entendu ?
  • Quand on dit ce genre de choses : « Les gens ne changent pas », ça rend fou les scientifiques... Car le changement est littéralement l'unique constante en science. L'énergie, la matière, ça change toujours... La métamorphose, le fusionnement, la croissance, la disparition... C'est le fait que les gens tentent de ne pas changer qui est anormal. Cette tendance à s'agripper à ce que les choses étaient au lieu de les laisser être ce qu'elles sont... Qu'on a à s'accrocher aux vieux souvenirs au lieu d'en créer de nouveaux... La façon dont on persiste à croire en dépit de toutes les données scientifiques que tout est permanent dans cette existence. Le changement est constant. Comment vit-on le changement... Ça ne dépend que de nous. On peut le ressentir comme la mort, ou comme une seconde chance. Si on ouvre les mains, que l'on perd prise, il faut l'accepter. Il peut être ressenti comme une montée d'adrénaline, comme si à tout instant, on pouvait avoir une seconde vie... Comme si à tout instant, on pouvait renaître.
  • Si vous saviez que c'était le dernier jour de votre vie, comment voudriez-vous le passer ?
  • Le paradis ou l'enfer, personne ne sait ou nous allons. La seul chose que l'on peut dire c'est qu'il y a des moments qui nous emmènent ailleurs, des moments de paradis sur terre. Et peut-être que pour l'instant c'est tout ce que l'on a besoin de savoir.
  • - Ce qui doit arriver arrivera. Y a que toi qui compte. Ok ?
    - Ok.
    - Parfait.
  • On peut brusquement se retrouver là où on aurait jamais cru finir. Parfois c'est agréable parfois ça demande un temps d'adaptation. On sait que de toute façon il faut faire avec et qu'il y a toujours quelque chose à prendre. Mais on va quand même se coucher en pensant au lendemain, on essaye de tout prévoir, on fait des plan et on espère que quelque soit les imprévus qui nous attendent on en sortira heureux, pour une fois...
  • Qui es-tu pour promettre quoi que ce soit ? C'est mon patient. Tu m'as entendu promettre ? Le seul qui puisse promettre ça, c'est Dieu. Et je ne l'ai jamais vu venir avec un bistouri ces temps-ci. Tu ne dois jamais promettre à la famille d'un patient une issue favorable.
  • Elle m'a violé avec sa nudité !
  • Ça te dit 20 minutes sans sentiments ?!
  • J'ai pas voulu me retrouver ici. Je suis dégoûtée. Je donnerais tout pour être ailleurs. Tu vois ? Je donnerais tout pour avoir une vie qui ressemble à ce que moi j'avais en tête. Pour avoir au moins le temps de me dire, et moi alors ? Quand ça marche pas il faut changer, il faut s'adapter.
  • On est toujours persuadé qu'il n'y a qu'une personne au monde à aimer et on en trouve une autre pourtant un jour. Et ça à l'air dingue de s'être autant inquiété pour ça au début.
  • Tu étais gentille, patiente, et tu as tout supporté...
    Parce que tu m'aimes. Tu m'aimes. Alors...
    Tu peux avoir peur de moi, ou même m'en vouloir.
    Mais je m'en fous car ça ne changera rien.
    Je n'irai nulle part. Je n'irai nulle part sans toi.
  • Did you say it? 'I love you. I don't ever want to live without you. You changed my life.' Did you say it? Make a plan. Set a goal. Work toward it, but every now and then, look around; Drink it in 'cause this is it. It might all be gone tomorrow.
  • For a kiss to be really good, you want it to mean something. You want it to be with someone you can't get out of your head, so that when your lips finally touch you feel it everywhere. A kiss so hot and so deep you never want to come up for air. You can't cheat your first kiss. Trust me, you don't want to. Cause when you find that right person for a first kiss, it's everything.
  • Peut importe à quel point on est résistant. Un trauma laisse toujours une cicatrice. Ça nous suit chez nous, ça change nos vies. Les traumas perturbent tout le monde mais c'est peut être le but. La douleur, la peur et tout le reste. Peut-être que traverser tout ça, c'est ce qui nous fait aller de l'avant, ce qui nous pousse. Peut être qu'on doit être un peu amoché avant d'être à la hauteur.
  • - T'as réussi à dormir ?
    - Son lit est vraiment trop bruyant ou trop près du mur...
    - C'est qui ce mec ?
    - Tu crois que c'est UN SEUL mec qui a fait tout ce bruit ?
  • Et celui qui a dit « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants » mériterait un bon coup de pied au cul.
  • On est seul en venant au monde et on est seul en le quittant, dans l'intervalle c'est à chacun de se débrouiller pour trouver un peu de compagnie. On a tous besoin d'aide, on a tous besoin de soutien sinon on serait trop seul : des étrangers coupés les uns des autres et on oublierait à quel point on est tous liés. Alors en fin de compte on choisit l'amour, on choisit la vie et pendant quelques instants on se sent un tout petit peu moins seul.
  • Le chagrin peut être une chose qu'on peut tous avoir en commun, mais qui est différent chez les autres.
  • On dit que la joie n'est pas de recevoir, mais de donner... Alors quand il n'y a plus de joie, quand donner devient un fardeau, on arrête tout... Mais quand on est comme la plupart des gens que je connais, on donne jusqu'à en avoir mal... On donne, on donne et on donne...
  • Like a virgin... Waouh touch for the very first time... Like a virrrrg... Je vais chercher Meredith !
  • That's how you stay alive. When it hurts so much you can't breathe. That's how you survive... By remembering that one day, Somehow... impossibly... It won't feel this way, it won't hurt this much.
  • J'ai une tante, qui, quand elle vous sert quelque chose dit toujours « Tu m'dis stop ». Ma tante dirait « Dites stop », et bien sûr, on ne le fait jamais. On ne dit jamais stop, parce qu'il y a toujours la possibilité d'avoir plus. Plus d'alcool, plus d'amour, plus de tout, plus c'est toujours mieux. Il y a long à dire sur l'histoire du verre à moitié plein, sur le fait de savoir quand dire « stop ». Je crois que c'est une ligne assez flou, une sorte de baromètre des besoins et des envies. Ça dépend entièrement de chaque individu, et ça dépend de ce qu'il y a dans le verre. Parfois on veut juste une petite gorgée, d'autres fois on en a jamais assez. Le verre n'a pas de fond, et on en veut toujours plus...
  • Je t'aime. J'aime absolument tout chez toi... Mais là j'ai besoin d'une chose, et j'peux pas la changer, ni te demander de changer, j'veux pas que tu changes.
  • C'est pas qu'une histoire de sexe, c'est ce moment juste après l'amour, où le temps est comme suspendu, on a plus peur de rien, on se sent en sécurité. J'peux pas me passer de ça, j'en ai besoin, ça fait de moi une pauvre fille pitoyable et sans volonté.
  • Je pourrais abandonner. Mais voilà le problème, j'aime notre arène.
  • Je suis la blonde, l'autre femme, la maîtresse, le cliché des années 50.
  • Le rêve est simple, le plaisir est délicieux, et deux fois plus de plaisir, c'est encore mieux. La douleur est insupportable. Et à nouveau une vie sans douleur. Mais la réalité est bien différente. La réalité, c'est que le douleur est là pour nous dire quelque chose. Il y a peu de grands plaisirs qui ne nous cause pas de maux d'estomac. Et c'est être bien comme ça. Peut-être que certains rêves, doivent rester des rêves. Tout simplement.
  • Nan, c'est pas puéril. C'est dur. C'est dur de garder espoir. Votre fils veut juste croire que l'histoire peut bien se finir au moins une fois.
  • Comme je le disais, je suis mal partie.
  • - Lévitique : « Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme, c'est une abomination. »
    - Non arrêtes papa ! Ne me dit pas la bible, je t'en prie.
    - « Le crime de Sodome et Gomorrhe est grand, et leur péché est très aggravé. »
    - Jésus à dit « Je vous donne commandement nouveau, aimez vous les uns les autres. »
    - Romains : « Mais nous savons que la loi... »
    - Jésus à dit « Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre. »
    - Tu reconnais que c'est un péché ?
    - « Bienheureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde ! » Il a dit « Bienheureux ceux qui sont purs de c'ur car c'est eux qui verront Dieu ! » Il a dit « Bienheureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car c'est à eux qu'est le royaume des cieux ! » Jésus est mon sauveur tu sais, pas toi ! Et Jésus aurait honte de toi parce que tu me juges, il aurait vraiment honte de toi parce que tu me laisses tomber. Il aurait vraiment honte...
  • On ne peut pas se préparer à un impact soudain. On ne peut pas s'y préparer. Ça vous frappe, venant de nulle part. Et soudain, votre vie d'avant est finie, pour toujours...
  • J'ai l'impression d'être dans une autre dimension. Je bouge au ralenti mais tout ce qui est autour de moi bouge tellement vite. Et je ne veux qu'une chose moi... Revenir à ce qui était avant. Quand je n'étais pas la pauvre Izzie étendue par terre dans la salle de bain vêtue de sa robe de bal avec... Avec son fiancé qui est mort. Oui, mais c'est ce qui se passe. Alors je reste ici. Je ne peux pas, je ne peux pas bouger. Et je ressens la pression de tous ceux qui sont là à tourner autour de moi, qui aimerait que je fasse quelque chose, que je dise quelque chose, que je pète les plombs, que je hurle, que je pleure et... Et j'aimerais bien pouvoir faire ça, j'aimerais pouvoir dire ce qu'on attend de moi, faire ce qui rassurerais tout le monde. Oui, j'aimerais beaucoup. Mais je ne sais pas comment faire, je ne sais pas comment être cette personne. Je ne sais pas qui est cette personne aujourd'hui. Comment c'est arrivé ? Comment on en est arrivé là ? Pourquoi je suis toute seule ?! Où est Dennis ?
  • Vous vous souvenez quand on était petit ? Quand on mordait accidentellement un enfant. Le professeur nous obligeait à nous excuser ! Mais on ne le pensait pas car celui qu'on avait mordu... l'avait bien mérité !
  • On a vu 26 patients, 26 victimes... Et on a eu aucune perte. Personne n'est mort aujourd'hui.
  • Ce jour est le jour où ma vie commence. Jusqu'à maintenant, il n'y avait que moi, un sale môme insolent. Aujourd'hui, je deviens plus que ça, je deviens un homme et un mari. Aujourd'hui, je prends un engagement envers quelqu'un d'autre que moi même. Aujourd'hui je prends un engagement envers toi. Envers notre avenir, envers toutes les possibilités que notre mariage nous offre. Avec toi, quoi qu'il puisse se passer, je serais prêt. Prêt pour tout. À tout moment, prêt pour la vie, prêt pour l'amour, prêt pour les possibilités et les responsabilités. Aujourd'hui, Izzie Stevens, notre vie commence et j'ai vraiment hâte de me lancer.
  • J'ai encore tellement de chose à dire. Et pourtant je disparais.
  • Ça y est, j'ai survécu à ma première garde. On a tous survécu. Les autres internes sont tous des gens bien. Ils te plairaient, je crois, j'en sais rien, peut-être. En tout cas moi ils me plaisent.
  • Kiss me anyway.
  • - T'as une salle tête
    - Pas plus que toi !
  • - Hold my hand...
    - I'm not holding because you're not dying.
    - Hold my hand...
    - No. You're not dying. Do you hear me? You don't die today !(...) I love you.
    - You don't have to say...
    - I love you. I've always been in love with you. I will always be in love with you. Yeah, that's why you have to stay alive. We... We're getting married. You're gonna become an amazing surgeon. We're gonna have two or three kids.
    - Sof... Sofia can have...
    - A sister and two brothers. You and me, we're gonna have best life. We're gonna be so happy. You can't die ok? You can't die. We're supposed be together. It's our destiny. I love you, I love you, I love you, I love you, I love you, I love you, I love you...
  • Qu'est ce qu'on a réellement le temps de faire en une heure ? Ses courses, peut-être. Un trajet dans les embouteillages. Une vidange de sa voiture. Quand on y pense, une heure ce n'est pas très long. 60 minutes. 3 600 secondes. C'est tout. Mais à l'hôpital, une heure représente souvent beaucoup plus. Les médecins parlent de « l'heure d'or ». Un créneau magique, presque irréel, qui détermine souvent si un patient va vivre... ou mourir. Une heure... En une heure, tout peut changer. Pour toujours. En une heure, on peut être sauvé. En une heure, on peut changer d'avis. Parfois, une heure c'est un cadeau qu'on se fait à soi-même. Pour certains, une heure ne représente presque rien. Pour d'autres, une heure ça fait toute la différence. Mais au bout du compte, une heure c'est juste une heure. Une parmi d'autres, beaucoup d'autres. 60 minutes. 3 600 secondes. C'est tout. Et ensuite, ça recommence. Et qui sait ce que nous réserve l'heure à venir ?
  • Meredith : Dereeeeek ! Dereeek !
    Cristina : J'y crois pas, pourquoi ça tombe toujours sur nous !
    Meredith : Il faut qu'on le trouve !
    Cristina : Sérieusement, pourquoi on se retrouve toujours dans des situations pareilles !
    Meredith : Il faut qu'on le trouve, je crois pas qu'il soit allé chercher de l'aide
    Cristina : On crève les uns après les autres ! Un crash d'avion, non mais t'y crois toi ?
    Meredith : Il est pas allé chercher de l'aide, sinon il nous aurait prévenu, j'en suis sur ! Il serait pas parti comme ça, il faut qu'on le retrouve c'est pas normal !
    Cristina : Quand on sera sortis d'ici, la première chose que je ferai, ce sera de fuir le plus loin possible de Seattle crève mortel West !
    Meredith : Cristina, je suis sur que Derek est mort ! Il serait revenu depuis longtemps, il serait revenu c'est pas possible ! Il est mort Cristina et Lexie aussi ! Mon mari et ma s'ur sont tous les deux morts et nous aussi on va crever, on va tous crever ici !
    Cristina : Non il faut pas craquer, t'as pas le droit !
    Meredith : Toi t'as pas le droit...
    Cristina : J'essaie de pas craquer, j'essaie, il faut que t'essaie aussi... Il faut pas craquer !
    Meredith : Ma s'ur est morte Cristina !
    Cristina : Je sais mais il faut pas craquer.
    Meredith : Tu crois que Derek est mort aussi ?
    Cristina : J'en sais rien, c'est possible mais j'arrive pas à réfléchir avec le stress post traumatique...
    Meredith : Cristina... T'es toujours mon âme s'ur, même si je suis plus la tienne...
    Cristina : Oh Meredith, Meredith !
    Derek Shepherd : Meredith... J'ai entendu ta voix, je croyais... je croyais que je rêvais...
  • Mais tôt ou tard, nos engagements nous rattrapent...
  • Comme tu as grandi. C'est dommage, c'est affreux d'être adulte, crois-moi. Mais le carrousel ne s'arrête jamais de tourner, quoi qu'il arrive.
  • I may be forty-seven weeks pregnant. I may be on bed rest. I may not be able to see my own feet. But I AM Dr. Bailey. I hear every thing. I know every thing. I'm watching each and every one of you. And I will return.
  • On naît, on vit, on meurt... Mais pas essentiellement dans cet ordre.
  • Je veux que tu promettes une chose : Si tu aimes quelqu'un, dis-lui. Même si tu as peur que ça ne soit pas une bonne chose. Même si tu as peur que ça te cause des problèmes. Même si tu as peur que ça te détruise la vie, tu le dis, et tu le dis fort.
  • On pense que mon prénom à un rapport avec l'état mais c'est faux. C'est plutôt avec un bateau de la marine : l'USS Arizona. Mon grand-père était à bord de l'Arizona quand les japonnais ont bombardé Pearl Harbor. Et il a sauvé 19 hommes, avant de se noyer. Pratiquement tout ce que mon père à fait dans sa vie, c'était pour honorer ce sacrifice.
    J'ai été élevée pour être quelqu'un de bien dans la tempête, élevée pour aimer mon pays, aimer ma famille et pour protéger tout ce que j'aime. Quand mon père, le colonel Daniel Robins du corps des marines des États-Unis a su que j'étais lesbienne, il a dit qu'il n'avait qu'une question. Je m'étais préparée, bien sûr à : « À quelle vitesse peux-tu dégager de ma maison ? ». Mais au lieu de ça, il m'a dit : « Es-tu toujours celle que j'ai élevée pour être quelqu'un de bien ? » Mon père croyait en son pays autant que vous croyez en Dieu et mon père n'est pas un homme qui plie mais il a plié pour moi parce que je suis sa fille. Je suis quelqu'un de bien dans la tempête. J'aime votre fille et je protège ce que j'aime. Pas que ce soit nécessaire, elle n'en a pas besoin, elle est forte, et attentionnée, et honorable et elle est encore et toujours la fille que vous avez élevée.
  • I'm not going Anywhere Cristina, I'm not going Anywhere without you.
  • Mais parfois cette intrusion dans votre intimité peut être ce dont vous avez besoin !
  • - Il y a un club, le club de ceux qui ont perdu leur père, et les autres en sont exclus. Évidemment, ils peuvent essayer de comprendre, ils compatissent, mais tant qu'on ne ressent pas ce vide... J'ai perdu mon père à 9 ans. Georges... Je suis vraiment désolée que tu sois entré dans l'club.
    - Je... je sais pas comment vivre dans... dans un monde où mon père à cesser d'exister.
    - C'est quelque chose qui changera jamais vraiment.
  • Parce que ça fait peut-être quelques jours que vous buvez, moi ça fait des années.
  • Change; we don't like it, we fear it, but we can't stop it from coming. We either adapt to change or we get left behind. And it hurts to grow, anybody who tells you it doesn't is lying. But here's the truth... The more things change, the more they stay the same. And sometimes, oh, sometimes change is good. Oh, sometimes, change is... everything.
  • - Comment tu fais ? Comment ça se fait que t'ailles parfaitement bien ? Je suis complètement brisée, c'est fini, y a plus personne. Je suis comme morte alors que toi tu vis ta vie et tu me baby-site en plus. Comme si t'avais pas vécu la même chose que moi ! Pourquoi toi tu vas bien ?
    - Je sais pas c'est comme ça...
    - C'est pas possible t'étais là aussi, t'étais là avec tes grands yeux tristes et tu hurlais, tu me suppliais de lui sauver la vie. Tu lui as dit que te tirer dessus, tu t'en foutais complètement d'être enceinte, tu t'en foutais complètement d'être crevée.
    À cause de toi j'ai pas eu le choix. Tu m'as pas laissé le choix. Si ça n'avait pas été lui sur la table, si ça n'avait pas été moi dans la salle j'l'aurais laissé tomber.
    - T'aurais jamais fais ça
    - J'aurais laissé tombé. J'en serais pas la maintenant.
  • - Admets que c'était un petit bouton !
    - Non !
    - J'irai pas chier pour toi dans un bol tant que tu n'auras pas dit que ce n'était qu'un petit bouton !
  • Mais ça ne change rien au fait que c'est elle qui a mon super amant ! Et mon super chien. Elle a ma super vie !
  • Écoutez ici, vous êtes dans un hôpital, il y a des personnes malades alors dormez et évitez de me faire perdre mon temps.
  • T'es morte, t'es ressuscitée. T'es partie, t'es revenue. Et on a survécu... J'ai survécu. Et maintenant je suis solide. Je t'aime Izzie. Avant de te rencontrer, avant toi, j'avais toujours pensé que j'étais pas quelqu'un de bien. Maintenant, grâce à toi, après tout ce qui s'est passé, je sais que j'suis un type bien. Je te remercierais jamais assez. Parce-que j'ai enfin compris qu'un type comme moi ne méritait pas d'être traité comme ça. D'être aussi mal à cause de quelqu'un. D'être tellement amoureux que c'est presque de la haine tellement c'est violent et douloureux. Je mérite quelqu'un qui s'enfuira pas. Je suis hyper heureux que tu sois guérie. C'est super si t'obtiens ce poste à Tacoma. J'veux que tu t'en ailles. J'veux que tu sois heureuse et que tu reviennes pas.
  • Parce que je suis ta meilleure amie et parce que je t'aime, si tu es vraiment sûr de vouloir être avec Callie, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour te soutenir, et pour que ton mariage fonctionne. Mais parce que je suis ta meilleure amie et parce que je t'aime, il faut aussi que je te dise que... Je suis amoureuse de toi. Je suis amoureuse de toi. Je ne peux pas te promettre quoi que ce soit. Je ne peux pas me promettre que ça sera parfait... Parce que c'est nous, et c'est moi, et on peut pas savoir ce qu'il se passera... Mais mon c'ur sait, je suis sûre. Je t'aime Georges et j'espère que tu m'aimes aussi...
  • Ce concours est un vrai combat de lion. Alors relevez un peu la tête, redressez vous, marchez fièrement, pavanez vous. Ne léchez pas vos blessures, célébrez les. Vos cicatrices montrent que vous êtes une combattante. Vous étiez dans un combat de lion, Stevens. Et si vous avez perdu, ça ne veut pas dire que vous ne savez pas rugir.
  • Quel est le pire ? De nouvelles blessures, abominablement douloureuses ? Ou des blessures passées, qui auraient dû se refermer il y a des années, mais qui sont restées ouvertes ? Nos blessures passées nous apprennent peut-être quelque chose. Elles nous rappellent ce par quoi nous sommes passés, et ce que nous avons surmonté. Elles nous apprennent ce que nous devons éviter à l'avenir. C'est ce que nous aimons penser. Mais les choses ne se passent pas de cette façon, pas vrai ? Il y a des choses que nous devons apprendre encore, et encore, et encore c'est qu'un jour on aura assez de chance pour oublier.
  • Viens me chercher, c'est délivrance ici !!
  • La chirurgie est un jeu ou les enjeux sont dangereux...
  • And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce.
  • Quelque soit l'être bizarre que vous finissez par être, il y a des chances qu'il y ait toujours quelqu'un pour vous. À moins bien sur qu'il soit déjà passé à autre chose... Parce que quand il s'agit d'amour, même les êtres bizarre ne peuvent attendre éternellement.
  • Dans la pénombre de la nuit, les gens font toujours des choses qu'ils ne feront jamais le jour. On pense prendre de bonne décision, on est plus téméraire. Mais quand le soleil se lève il faut assumer ce que nous avons fait sous la couverture de la nuit et se regarder en face à la lumière du jour.
  • Communication. It's the first thing we really learn in life. Funny thing is, once we grow up, learn our words and really start talking the harder it becomes to know what to say. Or how to ask for what we really need.
  • She's got a super magic smile.
  • J'ai essayé de vivre sans lui. Je suis sortie, j'ai rencontré des hommes... J'ai eu quelques premiers rendez-vous très réussis. Avec des hommes qui voulaient rester des hommes. Mais quand vous rencontrez quelqu'un, vous n'avez qu'une envie, c'est de tout raconter à votre meilleure amie. Et ma meilleure amie c'est lui. Et ma meilleure amie c'est Daniel... Dona... Elle me connaît par c'ur, elle m'aime... Je sais que ça peut paraître dingue. Pour ma famille c'est carrément du délire. Mais on ne lâche pas ceux qu'on aime parce qu'ils n'ont pas tourné comme on voulait. En fin de compte y'a qu'elle. Même quand elle me fait du mal. Même quand je la déteste.
  • Parfois tu voudrais que les gens se voient comme tu les vois.
  • Salut. Je n'ai pas appelé parce que... Toi non plus. Tu avais raison. À propos de tout. Tu avais raison. C'est l'endroit où d'horribles choses arrivent. Tu as eu raison de partir. Tu as sûrement échappé à un désastre. Regarde-moi. J'ai pratiquement grandi ici. Et tu as raison. Ça m'a brisé. Et je ne m'en remettrai probablement jamais. J'ai un tas de souvenirs avec ces personnes. Personnes que j'ai perdues pour toujours. Mais j'ai aussi plein d'autres souvenirs. C'est l'endroit où je suis tombée amoureuse. L'endroit où j'ai trouvé ma famille. C'est ici que j'ai appris à être un médecin. Où j'ai appris comment assumer les responsabilités pour la vie de quelqu'un d'autre. Et, c'est ici que je t'ai rencontré. Alors je me dis que cet endroit m'a donné autant qu'il m'a enlevé. J'ai vécu ici autant que j'ai survécu. Ça dépend juste de comment je vois les choses. Je vais choisir de regarder de cette façon. Et souviens-toi de cette façon. J'espère que tu vas bien. Au revoir.
  • Je pense que tu vas bien mais que tu n'es pas heureuse.
  • It's all anybody wants, right? Clean slate, a new beginning. Like that's gonna be any easier. Ask the guy pushing the boulder up the hill. Nothing is easy about starting over. Nothing at all.
  • Je hais les hommes. Ils sont idiots.
  • - Tu m'as vu sortir de la maison ce matin, hein ?!
    - Ah, c'était vous...
    - Je ne me sers pas d'elle, et elle n'a aucun traitement de faveur.
  • En science, la seule constante est le changement.
  • Ça fait mal de faire des erreurs... mais c'est le seul moyen qu'on a pour découvrir qui on est réellement. Je sais qui je suis maintenant, je sais ce que je veux ; j'ai trouvé l'amour de ma vie et j'ai un c'ur tout neuf. Et je veux que vous sautiez dans le premier avion, je veux vous présenter ma chérie. Les choses vont être différentes maintenant, je vous le promet. À partir de maintenant, rien ne sera plus jamais pareil. Je vous aime,
    Au revoir.
  • C'est comme désamorcer une bombe dans une maison hanté construite sur un champ de mines avec des dizaines d'ours tout autour, et les ours ils sont armés de couteaux.
  • J'ai divorcé deux fois, mes enfants ne veulent plus me parler, j'ai été dépendant d'un tas de choses, je me suis retrouvé sur la paille, ma vie n'a pas toujours été rose. Mais malgré tout, la seule chose que j'avais pour moi c'est que je chiais très bien et régulièrement, c'était un petit plaisir et je veux que ça recommence, alors faites votre boulot et donnez moi un truc pour me débloquer rapidement.
  • Arrêtez-vous pendant une seconde. Appréciez la beauté. Sentez la. Imprégnez-vous en. Parce que ça ne durera pas toujours. La romance va s'envoler. Des choses arriveront. Les gens changeront. L'amour mourra. Mais... peut être pas aujourd'hui.
  • Mais, tu vois, chaque fois que je te regarde, je me sens mieux, ça me remonte le moral, ça me bouleverse totalement, mais... c'est vrai : j'ai pas besoin de coucher avec toi, je pourrais me contenter de te regarder de l'autre bout de la pièce, chaque petite partie de toi, et avec de la chance toi toute entière, ce serait pour moi, ce qu'il y aurait de mieux... Parce que je t'aime.
  • J'ai fait en sorte que tu deviennes quelqu'un d'extraordinaire, imagine ma déception quand je me réveille après cinq ans et que je découvre que tu es quelqu'un d'ordinaire.
  • Je suis vieux. Et j'ai eu une belle vie. J'ai trouvé des personnes à aimer, et qui m'aiment en retour. Gardez vos larmes pour quelqu'un qui en a besoin.
  • Si seulement les gens qu'on aime pouvaient se voir de la façon dont on les voit.
  • J'ai plein de défauts. Je suis pas ce qu'on appelle un type bien. Mais avec toi... avec toi, je jouais pas.
  • Dans le dictionnaire, le chagrin est défini comme une intense souffrance morale ou une détresse due à une perte. Une douleur aiguë. Un regret douloureux. Mais dans la vie, les définitions s'appliquent rarement. Dans la vie, le chagrin peut avoir l'air de plein de choses qui ressemblent à une douleur aiguë. Le chagrin peut être une chose qu'on a tous en nous, mais il est différent chez tout le monde. Il n'y a pas que la mort qui nous cause de la peine. Il y a la vie, la perte de quelque chose, le changement. Et quand on s'demande pourquoi c'est aussi nul parfois, pourquoi ça fait aussi mal, la chose à pas oublier c'est que ça peut changer en un clin d''il. C'est comme ça qu'on reste en vie. Quand ça fait si mal qu'on ne peut plus respirer, c'est comme ça qu'on survit. En se rappelant qu'un jour, de toute façon, quoi qu'il arrive, on ne ressentira plus ça, ça ne fera plus aussi mal. Le chagrin vient, pour chacun de nous, en son temps et à sa manière. Alors le mieux qu'on puisse faire, le mieux que chacun puisse faire, c'est d'essayer d'être honnête. Le truc vraiment nul, ce qu'il y a de terrible dans le chagrin, c'est qu'on ne peut pas le contrôler. Le mieux qu'on puisse faire c'est d'essayer de ressentir le chagrin quand il vient. Et de le laisser partir quand on peut. Le pire c'est qu'à la minute où vous pensez l'avoir surmonté, ça revient vous submerger. Et toujours, à chaque fois, ça vous empêche de respirer.
  • Vous pensez que le grand amour est la seule chose qui peut vous briser le c'ur, la seule chose qui va envahir votre c'ur et l'illuminer... ou le détruire. Et puis... vous devenez mère.
  • Vous ne voyez pas ? Nous essayons tous. Nous essayons de passer à autre chose, ce qui est un progrès. Et ça semble bizarre, et triste et mauvais. Mais c'est aussi excitant.
  • Marc a dit que je lui manquais. Mais il me manque, tu sais... En fait il me manque vraiment... Et il croit que j'aime toujours Jackson. Et j'ai essayé de lui dire que non, j'ai essayé de lui dire que c'est lui que j'aime... Mais quand j'ai ouvert ma bouche, rien n'est sorti même pas un mot, et ça tu vois, c'était horrible !
  • Prends moi, choisis moi, aime moi !
  • Je ne peux pas. Je ne peux pas sortir. Je suis restée éveillée pendant 4 jours. Je me souviens, chaque minutes de ces 4 jours. Le feu s'était éteint. Il faisait vraiment, vraiment sombre. Il y avait tellement d'étoiles. Je me rappelle avoir sorti les asticots de la jambe d'Arizona. Je mettais des feuilles dessus, j'essayais de les empêcher de rentrer. Et Mark... Mark était en train de mourir. C'était tellement ennuyant. J'ai continué d'essayer de l'aider, mais il essayait de mourir contre moi. Je voulais juste m'allonger, et dormir contre lui parce qu'il était chaud. Et je voulais dormir. Meredith dormait. Tout le monde dormait. Arizona a pris la fin de l'eau, et je me souviens avoir bu quelque chose de mauvais. C'était peut-être le kérosène de l'avion ? J'ai bu... Mon urine. Les bruits... Les bruits des animaux, qui se battaient et rugissaient juste, à côté de nous, juste à côté. J'attendais qu'ils viennent et me mangent, mais ils ne l'ont pas fait. Et là j'ai réalisé... Ils se battaient pour Lexie. J'ai essayé de les éloigner d'elle. J'ai essayé. Mais je n'ai pas pu me lever. Je ne peux pas me lever. Je ne peux pas en sortir. Tu ne vois pas ? Je ne m'en sortirai jamais.
  • Souvent, une perte terrible vient nous rappeler ce à quoi on tient le plus. Parfois, on sort plus fort de cette épreuve, plus avisé, mieux armé pour faire face à la prochaine grosse catastrophe. Parfois, mais pas toujours.
  • - Arrêtez de me regarder comme ça !
    - Comme quoi ?
    - Comme si vous m'aviez vue nue.
    - ...
  • Tout au long de son internat ma mère répétait souvent il faut un an pour apprendre à tenir un bistouri et toute une vie pour apprendre à le lâcher, et elle avait raison.
  • Moi j'ai vécu, j'ai vraiment vécu ma vie, j'ai fais des erreurs, j'ai été anéanti, j'ai touché le fond. Je sais ce que c'est d'être brisé. Mais j'ai aussi connu de grandes joies, j'ai connu la passion, j'ai connu le bonheur ! Et j'ai connu l'amour. Alors si je meurs aujourd'hui, il ne sera pas question de libération ou de justice, ce sera juste la fin d'un magnifique voyage.
  • - Combien de temps est-ce que j'ai ?
    - Une semaine peut être...
    - C'est bien. Ce n'est pas 30 ans, mais c'est mieux que rien.
  • Respirez, Dr. Yang. Ne soyez pas grossière. Vous vous cachez. Les femmes de votre génération manquent de grâce, c'est un affront envers la nature. Des chirurgiens médiocres vous verrons et se sentirons eux-mêmes flétris dans votre ombre. Ne vous rabaissez pas à les consoler. Ne cherchez pas d'amis ici, vous n'en trouverez pas. Aucune de ces personnes n'est capable de vous comprendre. Elles ne le seront jamais. Si vous avez de la chance, un jour, quand vous serez vieille et ratatinée comme moi, vous trouverez un jeune médecin ayant un peu de considération pour quoi que ce soit en dehors de son métier, et vous le formerez comme je l'ai fais avec vous. En attendant, lisez un bon livre, vous avez de la grandeur en vous Dr. Yang, ne me décevez pas.
  • Les gens disent qu'en restant optimiste, on est plus heureux et en meilleur santé. Enfant on nous apprend à sourire, à être de bonne humeur, à faire bonne figure, puis adulte on nous dit de voir le bon côté des choses, faire contre mauvaise fortune bon c'ur, voire le verre à moitié plein. Mais régulièrement la réalité, nous force à arrêter la mélodie du bonheur. Vous pouvez tomber malade, votre copain peut vous trompez, vos amis peuvent vous décevoir. C'est dans ces moments là qu'on a le plus envie d'être soi même, de tomber le masque et de montrer son vrai visage, angoissé, malheureux.
  • Soit un homme, on nous le dit tout le temps. Mais au fond ça veut dire quoi ? Qu'il faut être fort, qu'il faut savoir se sacrifier, qu'il faut gagner à tout prix ? Peut-être que c'est plus simple que ça. C'est peut-être savoir accepter ses faiblesses. Parfois être un homme, un vrai, c'est savoir mettre sa fierté de coté, reconnaître la défaite et simplement tout recommencer.
  • - Alors, ma demande en mariage, ça avance ?
    - J'y travaille, j'y travaille.
    - Mais ça avance au moins ?
    - Oui ! Et toi, tu ne fais rien de ton côté ?
    - J'essaye d'oublier mon connard d'ex pour essayer de t'aimer toi. J'essaye d'oublier que je suis malheureuse à cause d'un salaud. Ça me prend beaucoup de temps et d'énergie. C'est pas mal non ?
  • La seule chose qu'on aie à faire c'est d'avoir le courage de se lancer. On s'lance, on aime, on se plante, on se relève. Mais il faut marcher la tête haute.
  • Tout ce qui ne fait pas de mal fait du bien.
  • - Tu veux savoir de quoi je parle avec l'autre Grey ? De tout ce que toi tu ne me laisses pas dire.
    - Tu sais que tu peux tout me dire.
    - Je veux qu'on se marie, je veux qu'on ait des enfants et une maison à nous. Je veux vivre avec toi et vieillir avec toi. Je veux mourir dans tes bras à cent dix ans ou plus. Voilà ce que je veux. Je ne veux pas quarante huit heures non-stop avec toi. Je veux toute ma vie... Tu vois ce qu'il se passe, je te dis toutes ces choses et tu te retiens de toutes tes forces de partir en courant. C'est pas grave, je comprends, ça a été dur mais maintenant je comprends : c'est le tout début pour toi alors que moi ça fait longtemps que j'en suis là. Au fond t'es encore qu'une interne, et t'es pas prête.
    - Je ne suis pas prête pour l'instant mais on peut continuer comme ça et un jour je s'rai prête, je s'rai prête.
    - On peut continuer comme ça, on peut se retrouver dans les ascenseurs, les chambres de garde, et un jour peut-être tu s'ras prête. J'attendrai, j'attendrai que tu sois prête.
    - Et bien alors ?
    - Mais si jamais en attendant je tombe sur une femme prête à m'offrir c'que tu n'peux pas m'offrir...
    - Et bien, qu'est c'que tu feras ?
    - J'en sais rien...
  • On ne se rend jamais compte de son bonheur avant qu'il ne se soit évanoui.
  • I want you to promess me something. If you love someone, tell him. Even if you scared that it's not a right thing. Even if you scared that it will cause problems. Even if you scared that it will bring your life to the ground, say it, say it loud. And then you go from there.
  • - On croit que quand on s'arrête le monde s'arrête... Il continu pourtant de tourner. Les gens peuvent faire des interventions mieux que vous l'auriez fait, les générations suivantes arrivent peu à peu et... On a toujours peur d'être oublié. Ta mère s'est arrêtée pendant cinq ans mais tu as poursuivi ton chemin, tu es devenue quelqu'un.
    - Selon elle c'est loin d'être le cas, je ne suis rien d'autre qu'une immense déception pour elle...
    - Dans un monde parfait elle serait capable de te dire qu'elle est fière de toi, mais ce n'est pas un monde parfait... Et ta mère surtout, n'est pas une femme parfaite.
    - Je crois que la personne qu'elle a le plus envie de voir en ce moment c'est vous.
  • Le nom de ces cocktails, Alzheimer précoce, parce qu'après l'avoir bu, vous vous souviendrez de rien.
  • Mon monde est plus beau si tu en fais partie.
  • Si seulement la vie n'était qu'une répétition générale et qu'on avait le temps de recommencer. On pourrait s'entraîner encore et encore jusqu'à ce que tout soit parfait. Malheureusement, chaque jour de notre vie est une représentation unique. Il semble que même quand on a la chance de répéter, de se préparer et de s'entraîner, on n'est jamais complètement prêt pour les grands moments de la vie.
  • Cette douleur je ne peux pas t'en parler. J'aime mieux que tu ne saches pas qu'elle existe.
  • Ah, les femmes dans ces magazines... Il y a parmi elles de vraies mariées, ce ne sont pas que des mannequins ! Elles ont toutes un beau sourire, comme si tout ce qui comptait c'était de trouver les chaussures idéales pour aller avec la robe. Ah... J'ai connu ce genre de filles, vous savez. J'étais au lycée avec elles. C'est marrant... Elles me faisaient toujours pitié. Ce sont des filles simples. Elles veulent trouver un gars, le mari idéal, et vivre. J'en sais rien, je crois qu'on vient au monde simple, qu'on vient au monde... Comme moi. Je veux être une personne qui est ravie d'avoir trouvé les parfaites chaussures, je veux être une fille simple. Parce que, ce genre de filles... Personne ne braque une arme sur elles.
  • Il y a deux sortes de gens, il y a ceux qui paniquent et qui fuient et il y a ceux qui se dépassent, ceux qui se montrent à la hauteur de la situation, ceux qui dépassent leurs peurs, leurs doutes et leurs faiblesses, ceux qui font ce qu'il faut au moment où il faut le faire et qui le font bien, ceux qui trouvent la force de repousser les limites et de lutter jusqu'au bout. Je parle de cet instant là maintenant pas de ce qu'il s'est déjà passé ni de ce qui pourrait arriver plus tard, je parle de maintenant, de nous, maintenant, tout de suite, ici, et il va falloir que vous preniez une décision, c'est le moment de choisir, le moment de décider quel genre de personne vous êtes. C'est le moment et j'espère que vous trouverez la force de vous dépasser.
  • Parfois être un Homme, un vrai, c'est savoir mettre sa fierté de côté, reconnaître la défaite et simplement tout recommencer.
  • Je ne vois aucune raison qui me pousse à devenir chirurgien mais j'en vois des milliers qui me poussent à abandonner. Ils nous rendent la vie dure intentionnellement. On a des vies entre nos mains. Et puis vient le moment où c'est bien plus qu'un jeu. Et là, ou on fait un pas en avant, ou on tourne le dos et on s'en va. Je pourrais abandonner, mais voilà le problème, j'aime notre arène.
  • Il y a des différences notables entre le cerveau de l'homme et le cerveau de la femme. L'hippocampe du cerveau de la femme est le plus gros. D'où leur mémoire généralement plus performante. Le cerveau de l'homme a un plus gros cortex pariétale... Euh... Il est mieux armé face à une agression. Le cerveau de l'homme et celui de la femme réagissent aux défis de manière différente. Les femmes sont configurées pour communiquer à travers le langage, les détails, l'empathie... Mais les hommes, pas vraiment. Ça ne veut pas dire qu'on est dépourvu d'émotions. On est capable d'exprimer ce qu'on ressent. Mais en général, on préfère éviter d'en parler.
  • On ne laisse pas les personnes qu'on aime tranquille. Cet idiot ne le sait peut être pas encore mais c'est ma peur qui va lui sauver la vie.
  • Le seul moyen de se débarrasser d'une ombre est d'éteindre la lumière et d'affronter ce qui nous fait peur.
  • Peut être qu'on doit être un peu amoché avant d'être à la hauteur.
  • On vit sa vie, on tombe amoureux, on fait des projets et on a des tas de rêve mais on pense pas que tout ça peut se terminer comme ça en un clin d''il.
  • À force de croire, d'espérer, à force de se prendre des murs, on craque, on se laisse tomber. Parce malgré notre force, on reste tout de même des humains.
  • - Vous avez raté la première session, vous avez déjà bien de la chance qu'on vous ait reçu...
    - J'ai raté la première session pour la meilleure des raisons. J'étais avec un patient... Que je suis depuis des mois... Un prématuré qui avait aucune chance de s'en sortir... On a fait tout ce qu'on a pu pour le sauver, on a tout essayé vous vouliez que je fasse quoi que je lâche tout au moment le plus dur, quand on allait le perdre ?! Que je laisse sa mère toute seule ?! Qu'est-ce que je pouvais faire d'autre ? Il fallait que je sois là... Et puis j'ai raté quoi ce matin, des questions pièges sur des patients imaginaires ?! Pourquoi vous me regardez comme çà ? Vous êtes médecins, vous êtes censés décider si je vais être médecin et vous êtes même pas capable de comprendre que je sois resté là-bas ?!
    - Merci Dr Karov...
    - Dr Karev... Dites-moi au moins si j'ai réussi ou si je me suis planté...
  • - Et si t'as rien à dire, tu lui fais un sourire. T'as un très joli sourire...
    [...]
    - La mère de Shepherd va avoir la trouille de sa vie...
  • Tu sais que tu peux tout me dire.
  • Pourquoi tenter l'impossible, si l'on peut faire simple ?
  • - Alors y a du nouveau ?
    - Non rien.
    - Ça me tue de pouvoir rien faire.
    - Bon je vais aller faire ce que j'ai à faire.
    - À bon tu crois vraiment que c'est le bon jour ?
    - Regarde Izzie elle se souvient même plus qui est Alex il faut dire aux personnes qu'on aime à quel point on tient à eux. Parce que demain ça sera peut-être trop tard. Je t'aime Cristina.
    - Là je vais te prendre dans mes bras.
  • Pour qu'un baiser soit bon, il faut qu'il signifie quelque chose. Il faut qu'il vienne de quelqu'un qu'on ne peut pas se sortir de la tête, et de cette façon, au moment où les lèvres se touchent, on le ressent partout... Un baiser si torride et si fort qu'on ne voudrait jamais reprendre notre respiration... On ne doit pas rater son premier baiser, Nicole, croyez moi, vous le regretteriez parce que quand vous trouverez la bonne personne, ce premier baiser... Ce sera tout !
  • This cake... for this day... with this woman.
  • Richard Webber : Quand vous allez au bloc, ils vont au bloc, quand ils ont une question, vous répondez !
    Cristina : [Soupir] C'est comme des travaux d'intérêt général.
    Meredith : J'préférerais ramasser les déchets sur le bord de l'autoroute...
  • Une personne peut avoir l'air d'aller bien en surface, mais à l'intérieur c'est une toute autre histoire...
  • Recoucher avec un ex c'est comme faire du recyclage, je préserve la nature !
  • Il me faudra plus qu'un mauvais rêve pour me forcer à fuir.
  • According to google, you don't exist.
  • I love you. Oh God... Oh, my God, that just came flying out of my face. I love you. I just... I did it again. I love you. I do. I just, I love you. And I have been trying not to say it. I have been trying so hard to just mash it down and ignore it and not say it and... Jackson is a great guy. He is. He's gorgeous, and he's younger than you. He doesn't have any grandkids, or babies with his lesbian BFF. And he's an Avery and he liked me, you know? He really liked me. But it was never gonna work out, because I love you. I am so in love with you. You're in me. You're like ' it's like you're a disease. It's like I am infected by Mark Sloan and I just can't think about anything or anybody and I can't sleep. I can't breathe. I can't eat. And I love you. I just, I love you all the time. Every minute of every day. And I, I... I love... You.
  • Je ne sais même pas comment je tiens debout tant elle me manque.
  • C'est dans la nature humaine ; quand on nous dit de ne pas toucher à quelque chose en général on y touche quand même... Même si on sait qu'on ne devrait pas. Peut-être parce que, au fond, on aime se compliquer la vie.
  • Ne pas exploiter mon talent je crois que ça me fait encore plus peur.
  • Pour surmonter l'insurmontable, il y a toujours un moyen.
  • - Cristina ! Tu sais où est Meredith ?
    - Non. Elle a été virée, elle est sûrement en train de mettre de l'anthrax dans le casier de Karev.
  • C'est vrai ce que les gens disent : pour pouvoir avancer il faut se détacher du passé. Se détacher c'est facile, avancer c'est une autre paire de manches. Alors parfois on se renferme. On essai de résister au changement. Mais les choses ne peuvent pas rester comme elles sont. À un moment, il faut lâcher prise. Avancer. Parce que même si c'est difficile, c'est la seule façon de grandir.
  • L'exercice de la médecine est difficilement compatible avec un métier. Peut-être parce que, tous les jours, nous sommes confrontés à la vie et à la mort ; peut-être qu'à force de regarder la mort en face au quotidien, on est obligés de constater que la vie, chaque seconde de la vie, n'est qu'un sursis ; et que chaque personne qu'on s'autorise à aimer est quelqu'un qu'on prend le risque de perdre.
    C'est sans doute pour ça que certains médecins préfèrent ne se lier avec personne. Mais nous autres faisons tout ce que nous pouvons pour dépasser ça, pour repousser l'échéance aussi loin que possible...
  • - Qui tu veux comme demoiselle d'honneur, Cristina ou moi ?
    - Cristina. Tu t'es battue pour me sauver la vie. Il y a le mot « honneur » dans demoiselle d'honneur.
  • On choisit la médecine parce qu'on veut faire le bien.
  • Mourir il parait que c'est comme de s'endormir. C'est peut être vrai mais moi souvent quand je dors je fais des cauchemars alors...
  • Tu sais où on est là ? On est dans la pièce où mon mari est mort. Malgré toute les choses magique qui peuvent se passer ici, ça restera toujours la pièce où mon mari est mort. L'ascenseur est-sud restera toujours l'endroit où on s'est rencontrée et la cafétéria l'endroit où il m'offrait mon déjeuner. Alors je pourrais partir et ne plus jamais revenir, mais je ne t'ai jamais vu aussi désespéré. Ma loyauté m'interdit de partir.
  • - Comment vous vous appelez ?
    - C'est moi maman Meredith.
  • C'est clair qu'avec Sloan je risque pas d'aller loin. Et quand je rentre le soir, ma copine qui est en quatrième année a eu plus d'interventions que moi. Et quand elle me demande comment c'est passé ma journée, je réponds « Génial. Génial, chérie, j'ai passé neuf heures au bloc debout en train de regarder ton ex opérer ! »... Ouais.
  • T'aimer est une souffrance. J'ai la souffrance de t'aimer.
  • Les personnes auprès desquelles nous voulons être mettent un point d'honneur à nous fuir.
  • Demain sera un autre jour.
  • I am a widow.
  • - Les mains autour de ton cou !
    - La bague jetée dans les bois...
  • La douleur, vous devez arriver à la surmonter,
    Espérer quelle disparaisse d'elle-même,
    Espérer que la blessure qui l'a causée ce referme.
    Il n'y a pas de solution, pas de remède miracle,
    Vous devez respirer à fond, et attendre qu'elle s'estompe.
    La plupart du temps, on peut gérer la douleur.
    Mais parfois la douleur s'abbat sur vous
    Quand vous vous y attendez le moins.
    Elle vous attaque en traître. Et ne vous lâche pas.
    La douleur, vous devez juste continuer à vous battre,
    Parce que de toute façon vous ne pouvez pas l'éviter.
    Et la vie en fourni toujours plus.
  • On passe notre vie entière à s'inquiéter de l'avenir, à faire des projets pour l'avenir, à essayer de prédire l'avenir... Comme si savoir à l'avance pouvait amortir le choc. Mais l'avenir change constamment. L'avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l'avenir, n'est jamais comme on l'avait imaginé.
  • - Tu t'en sors très bien.
    - Marc...
    - Christina va bientôt revenir.
    - Marc...
    - Elle va bientôt revenir, on va te stabiliser et tu vas t'en sortir ok ?
    - Marc...
    - Accroche toi, elle devrait plus tarder. Elle sera la, d'une minute à l'autre !
    - Marc... Je vais mourir.
    - Quoi ? Non arrête.
    - Si... Je vais mourir... S'il te plaît, dit... dit à Mérédith que je l'aime et que... qu'elle a été une s'ur géniale et puis... dit à mon père...
    - Non ça va aller, tu vas pas mourir !
    - Tiens moi la main.
    - Je ne vais pas te tenir la main parce que tu ne vas pas mourir !
    - Tiens moi la main !
    - Non ! Tu vas pas mourir ! C'est hors de question, tu mourras pas aujourd'hui... Je t'aime !
    - Non... T'es pas obligé de le dire parce que je l'ai dit !
    - Si... Je t'aime, je t'aime, je t'aime depuis le début, je t'ai toujours aimé et je t'aimerai toujours.
    - C'est vrai ?
    - Oui... Oui tu vois t'as pas le choix, il faut que tu t'accroches parce que on va... On va se marier, et tu vas devenir un grand chirurgien et on va avoir deux enfants... non trois.
    - So... Sophia aura... des frères et s'urs
    - Oui ! Oui, une s'ur et deux frères, et...
    - C'est génial.
    - Et on va être heureux Lexie, on va être heureux tous les deux, on va avoir une vie merveilleuse ! On va être tellement, tellement heureux ! Alors t'as pas le droit de mourir, tu peux pas mourir... Parce qu'on est fait pour être ensemble, c'est comme ça... On est fait l'un pour l'autre
    - F... fait l'un pour l'autre...
    - Je t'aime, je t'aime, je t'aime, je t'aime... je t'aime...
  • [La porte de l'ascenseur s'ouvre]
    - Hey, entre ! C'est le scanner de Katie Bryce, jeune femme de 16 ans, anévrisme subarachnoïde...
    - [Elle le coupe] ... Du à une chute pendant la gymnastique rythmique je m'en souviens.
    - C'était notre première intervention ensemble. Notre première vie sauvée ! Ici, c'est un kyste cérébral. C'était dur mais on a réussi. Je t'ai embrassé dans les escaliers après l'opération. Et ça [en lui montrant un scanner] c'est quand le Dr Bailey t'a viré de l'intervention parce qu'elle nous avait surpris dans ton allée dans ma voiture. Et ici c'est la craniotomie de sept heures. Tu as tenu le clamp pendant toute la durée de l'intervention, sans bouger. C'est là que j'ai su que tu deviendrais un chirurgien incroyable. Et Beth Monroe, qui a fait de notre essai clinique une réussite en survivant. Tu m'as convaincu de l'accepter. C'est là que j'ai su que j'avais besoin de toi. Et c'est aujourd'hui. Scanner crânien post-op d'Izzie Stevens. Tu vois ça ? Tu vois ? Plus de tumeurs... Grâce a toi ! Tu m'as conduit au bloc. S'il y a une crise tu ne te figes pas. Tu vas de l'avant. Tu nous obliges à aller de l'avant. Parce que tu as vu pire. Tu as survécu à pire. Et tu sais qu'on survivra aussi. Tu dis que tu es sombre et tordue... Ce n'est pas un défaut. C'est une force. Ça fait de toi ce que tu es. Je ne vais pas poser un genou parterre. Je ne vais pas poser une question. Je t'aime Meredith Grey. Et je veux passer le reste de ma vie avec toi.
    - Et je veux passer le reste de ma vie avec toi.
    [Ils s'embrassent]
  • C'est une bonne chose d'avoir peur, ça prouve au moins qu'on a encore quelque chose à perdre.
  • Chaque personne qu'on s'autorise à aimer, est quelqu'un qu'on prend le risque de perdre.
  • J'étais prêt à tourner la page mais c'est la page qui ne veut pas se tourner.
  • Trop souvent, ce qu'on désire le plus au monde, est justement ce que l'on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le c'ur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C'est dur de vouloir quelque chose qu'on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu'ils veulent.
  • Les seules personnes qui ne savent pas que Derek aime Meredith, sont Derek et Meredith.
  • Lorsque l'on meurt ou que l'on souffre d'une horrible perte nous traversons tous cinq étapes de la peine. On passe par le déni car la perte n'est pas envisageable, on ne peut imaginer que c'est réel. On s'énerve contre tout le monde, contre les survivants, contre nous-même. Puis on trouve un arrangement, on supplie, on implore, on offre tout ce qu'on a, on offre nos propres âmes en échange d'un jour de plus. Quand les négociations échouent la colère est difficile à contenir, on tombe dans la dépression, le désespoir, jusqu'à ce qu'on accepte finalement que l'on a tout tenté. On abandonne. On abandonne et on accepte. Le chagrin peut être une chose que l'on a en commun mais il est différent pour tout le monde. Il n'y a pas que la mort dont on fait le deuil, de la vie, d'une perte, d'un changement. Et on se demande pourquoi ça bloque autant parfois, pourquoi ça fait tant de mal mais la chose dont on doit se souvenir c'est que ça peut changer. C'est comme ça qu'on reste en vie, quand ça fait si mal, qu'on ne peut plus respirer, c'est comme ça qu'on survit. En se rappelant, qu'un jour, qu'en quelque sorte, vous ne le ressentirez plus de la même manière, ça ne fera plus aussi mal. Le chagrin vient à chacun en son temps, de sa propre manière. Alors le mieux que l'on puisse faire, le mieux que chacun puisse faire est de recourir à l'honnêteté. Le truc vraiment merdique, la pire partie du chagrin est que vous ne pouvez le contrôler. Le mieux que l'on puisse faire est d'essayer de laisser nos sentiments quand ils viennent. Et les laisser partir quand on peut. La pire chose c'est qu'à la minute où vous pensez l'avoir surmonté, ça recommence. Et toujours, à chaque fois, vous ne pouvez plus respirer. Le chagrin comporte cinq étapes. Elles nous semblent à tous différentes, mais il y en a toujours cinq : le déni, la colère, les négociations, la dépression, l'acceptation.
  • Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu'on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu'on tienne le coup...
  • Quand on s'appelle Preston, on ne va pas courir dans les bois. Avec un nom pareil il va se faire casser la gueule par un écureuil !
  • Soyons extraordinaires ensemble, plutôt qu'ordinaires séparément.
  • On a pas besoin d'un conte de fée, on a juste besoin de quelqu'un avec qui on est bien.
  • Recommencer à zéro ? Personne n'a cette chance.
  • Tu ne sais jamais que le dernier baiser sera le dernier, tu penses qu'il y en aura plein d'autres, tu crois que tu as la vie, mais c'est faux.
  • Est ce que vous l'avez dit ? « Je t'aime », est ce que vous l'avez dit ? « Je ne veux jamais vivre sans toi... Tu as changé ma vie... » Est ce que vous l'avez dit ? Faire des projets, se fixer un but et travailler pour cela... Mais de temps à autre, on regarde autour de soi parce que c'est ainsi, on ne sera peut-être plus là demain.
  • J'ai menti, ce n'est pas vrai, notre histoire n'est pas encore terminée. Je ne veux pas, je ne veux pas et c'est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C'est elle ou moi. Et je suis sûre qu'elle est vraiment super. Mais Derek, je t'aime vraiment. Tu sais, vraiment, vraiment au point de prétendre adorer ton genre de musique, te laisser manger la dernière part de gâteau, tenir une radio à côté de mes oreilles en chantant sous tes fenêtres... Malheureusement ce qui fait que je te déteste fait que je t'aime aussi. Alors prends-moi. Choisis-moi. Aimes moi...
  • Le temps file, le temps n'attend personne. Le temps guérit toutes les blessures. Tous autant que nous sommes nous voulons plus de temps. Du temps pour se relever, du temps pour grandir, du temps pour lâcher prise. Du temps.
  • Te raconte pas d'histoire t'as le c'ur entre les cuisses.
  • On fait l'impossible pour regagner l'amour qu'on a perdu.
  • Callie Torres : Ça arrive que toutes les deux on vous prennent pour un couple ?
    Meredith : Non, pare ce qu'on s'envoie des mecs comme des tapineuses alcooliques.
    Cristina : Et après, on essaye soit de l'épouser, soit de se noyer.
  • Tu es mon paradis, mais je suis peut-être ton enfer...
  • La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d'autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore... La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement.
  • Tu es tordue et torturée, ce n'est pas un défaut, c'est une force, ça fait de toi ce que tu es.
  • Je sais que c'est dur d'être celui qui s'en va. Mais bon sang, c'est pas non plus facile d'être celui qui reste.
  • La douleur peut se manifester sous différentes formes. Ça peut être un petit pincement, une légère irritation, une douleur lancinante, une douleur que l'on supporte tous les jours. Et il y a le genre de douleur que l'on ne peut pas ignorer. Une douleur si grande, qu'elle bloque tout le reste. Et fait disparaître le reste du monde ! Jusqu'à ce que la seule chose à laquelle on pense, c'est à quel point on souffre ! La façon dont on gère notre douleur dépend de nous. La douleur... On l'anesthésie, on la surmonte, on l'étreint, on l'ignore... Et pour certains d'entre nous, la meilleure façon de gérer la douleur, c'est de foncer tête baissée. La douleur... Vous devez arriver à la surmonter. Espérer qu'elle disparaisse d'elle-même, espérer que la blessure qui la cause se referme. Il n'y a pas de solutions, pas de remèdes miracle. Vous devez respirer à fond et attendre qu'elle s'estompe.
    La plupart du temps, on peut gérer la douleur. Mais parfois, la douleur s'abat sur vous quand vous vous y attendez le moins. Elle vous attaque en traître et ne vous lâche pas ! La douleur... Vous devez juste continuer à vous battre parce que de toute façon vous ne pouvez pas l'éviter. Et la vie en fournit toujours plus !
  • Pick me, choose me, love me.
  • On essaie de se dire que la réalité vaut mieux que le rêve. On se persuade qu'il vaut mieux ne pas rêver du tout. Les plus solides d'entre nous, les déterminés s'accrochent à leurs rêves. Il arrive aussi qu'on se retrouve en face d'un rêve tout neuf qu'on avait jamais envisagé. Un jour on se réveille, et contre toute attente, l'espoir renaît, et avec un peu de chance on se rend compte, en affrontant les événements, en affrontant la vie, que le véritable rêve, c'est d'être encore capable de rêver.
  • Il me manque. C'est atroce, il me manque tellement. C'est pas par vagues, c'est constant. Tout le temps, sans répits.
  • La vie n'est pas un sport qu'on se contente de regarder. Gagner, perdre, ou faire match nul, la partie est en cours, qu'on le veuille ou non. Alors allez-y, discutez avec l'arbitre, changez les règles, trichez un peu. Faites une pause et soignez vos plaies. Mais jouez. Jouez ! Jouez le jeu. Jouez vite. Jouez librement. Jouez comme si il n'y avait pas de lendemain. D'accord, l'important n'est pas de gagner ou de perdre, l'important c'est la manière de jouer. Vous ne croyez pas ?
  • Je t'aime, et tu m'aimes. Et, qu'importe ce qui arrive, je m'en moque, je ne veux pas savoir. Voilà ce qu'on va faire : plus de docteurs, plus de labos. Et toi et moi on fera beaucoup d'amour. Peut-être qu'on pourra faire un bébé, peut-être pas. Peut-être que tu auras un Alzheimer, peut-être pas. Mais, emmerde les probabilités, emmerde la science. Contentons-nous de vivre. Qu'arrive ce qu'il doit arriver...
  • À la Fac de médecine, on a plus d'une centaine d'heures sur comment lutter contre la mort. Mais pas une seule sur comment vivre avec...
  • Mais la vérité c'est que ça fait mal, alors on ment.
  • - Sois mon mari s'il te plaît, enlève tes fringues et viens avec moi au lit et serre moi. Je ne sais pas ce qui t'énerves autant, et je ne sais pas de quoi t'as peur, parce que tu ne me parles pas ! Moi aussi j'ai peur Alex, et j'arrive à rien ! Si tu ne veux pas... Si on veut avoir une chance de vivre à deux j'ai besoin que... je t'en prie !
    - Tu es morte dans mes bras. T'es morte dans mes bras ! Et moi je vois ça, tu laisses comme instructions de ne surtout pas essayer de te sauver la vie. Tu veux savoir de quoi j'ai peur ?! J'ai peur de tout ! Vraiment de tout ! J'ai peur de bouger, j'ai peur de respirer, j'ai peur de venir te toucher ! Je ne peux pas te perdre, j'y survivrais pas ! Et c'est ta faute, tu m'as fait t'aimer, tu m'as fait t'ouvrir mon c'ur, et ensuite tu viens mourir dans mes bras !
  • C'était un jeudi matin. Tu portais un vieux T-shirt délavé qui te va si bien. Celui qui a un trou dans le dos. Tu venais de prendre une douche et il y avait dans l'air comme une odeur de... fleur. J'étais en retard pour une intervention. Tu as dit qu'on se verrait plus tard, ensuite tu t'es approchée, t'as mis ta main sur mon torse et tu m'as embrassé. C'était tendre, rapide, comme si c'était une habitude, tu sais, comme si c'était une chose qu'on ferait chaque matin tout le reste de notre vie. Tu as repris la lecture de ton magasine et je suis partit au boulot. C'est la dernière fois qu'on s'est embrassé.
  • Je t'aime depuis toujours, depuis le début ; j'ai continué à t'aimer quand j'étais en couple, j'ai continué à t'aimer quand j'étais seule, j'ai continué à t'aimer chaque seconde de chaque jour, j'ai continué... Je t'aime, je t'aime, depuis toujours.
  • Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher.
  • À la fin de la journée, ce que nous voulons vraiment, c'est être aux côtés de quelqu'un. Tout ce rituel, prendre de la distance, et faire semblant de ne pas se préoccuper des autres, c'est des conneries.
  • Le changement on aime pas ça, ça nous fait peur. Mais on ne peut pas empêcher les chose de changer. Soit on s'adapte, soit on reste en arrière. Ça fait mal de grandir, de changer. Si on vous dis le contraire c'est un mensonge. Mais la vérité c'est que parfois plus les choses changent plus elles restent les mêmes. Et parfois, parfois le changement a du bon, parfois le changement est la clef, le changement est tout...
  • Si je disparaissais subitement, est ce que quelqu'un s'en rendrait compte ?
  • On ne détruit pas la personne qu'on aime.
  • On a tous des trucs dont on évite de parler.
  • Je t'aime. Oh mon dieu, c'est juste sorti hors de ma tête, comme euh, c'était un genre de... je, je, je t'aime. J'ai juste... Seigneur je l'ai refait. Je t'aime. Oui, juste, je t'aime et j'ai essayé de ne pas te le dire, j'ai essayé si dur de juste l'écraser, de l'ignorer et de ne rien dire. Et Jackson est un gentil garçon, oui il l'est, et il est mignon et il est plus jeune que toi, il n'a aucun petit fils ou de bébés avec ses meilleures amies lesbiennes et c'est un Avery ! Et il m'aimait bien, tu sais, il m'aimait vraiment. Mais ça n'aurait jamais pu marcher, parce que je t'aime, je suis tellement amoureuse de toi, et tu est en moi, c'est comme si tu étais une maladie, c'est comme si j'étais infectée par Mark Sloan. Et je ne peux juste pas, je ne peux penser à rien d'autre, ni personne et je ne peux pas dormir, je ne peux pas respirer, je ne peux pas manger. Et je t'aime, je t'aime depuis tout ce temps, c'est chaque minute de chaque jour. Je t'aime. Mon dieu ça fait du bien de juste l'avoir dit, je me sens tellement mieux.
  • On ne va pas faire ça, je ne peux pas partager. Je ne peux pas te mettre au courant. Je ne peux pas parler. Parce que si je le faisais, si je te disais que Tucker est parti, si je te disais que je n'ai pas dormi seule depuis 12 ans, si je te disais que mon c'ur a si mal parfois que je veux l'arracher de ma poitrine avec mes propres mains... je m'effondrerai. Et je n'ai pas le temps pour ça.
  • I need to tell you something and i need you to not panic. I need you to keep breathing. I need you to stay alive because... I swear to God, I need you to stay alive, alright ?
  • On fait tous au moins un v'u par an, en soufflant les bougies de notre gâteau d'anniversaire. Certains d'entre nous en font plus : pour un cil sur une joue, devant une fontaine, en voyant une étoile filante... et de temps en temps, un de ces v'ux se réalise. Et après ? Est ce que c'est aussi bien qu'on l'espérait ? Est ce qu'on se laisse aller dans le rayonnement de notre bonheur ? Est-ce qu'on se rend compte qu'on a une longue liste de v'ux qui attendent d'être exaucés ?
  • Je l'aime. Rectification. Je l'aimais.
  • Personne ne peux savoir à l'avance quel jour sera le plus important de sa vie...
  • C'est comme si je ne pouvais pas respirer sans toi.
  • - Attends ! Et si tu meurs ?!
    - J'vais pas mourir !
    - Et si moi je meurs ?!
    - Tu vas pas mourir.
    - D'accord, mais, tu as changé ma vie, tu l'as rendue meilleure, tu l'as rendue lumineuse, pleine de joie et si je meurs...
    - ... Non t'as pas intérêt, okay ? On en a pas encore fini, j'ai pas fini de t'aimer, t'entends ?
  • Bien souvent courir après ce qui nous fait plaisir signifie abandonner ce qui est juste à nos yeux.
  • Quand vous croyez que vous aimez une personne plus qu'elle ne vous aime, ça peut vous rendre dingue.
  • Certaines trahisons sont inévitables. Quand notre corps nous trahi, la chirurgie est souvent la clé d'un rétablissement réussi. Quand on trahi l'autre... quand on trahi l'autre, c'est plus compliqué de réparer les dégâts. On fait l'impossible, pour reconstruire la confiance qu'on a perdu, mais certaines trahisons, certaines blessures sont si graves, si profondes, qu'on est impuissant à les guérir. Et dans ces cas là, il n'y a rien d'autre à faire qu'attendre.
  • Vous vous arrêtez une seconde et vous restez en arrière... Plus on tente d'aller de l'avant, plus le fait de ne jamais regarder en arrière est tentant. Le passé fait toujours surface pour nous botter le cul. Parfois on apprend de nouvelles choses sur le passé, qui changent tout ce que nous savons sur le présent.
  • Demandez à n'importe qui ce qu'il attend de la vie, la réponse est simple : être heureux. Mais c'est peut être cette attente, la quête même du bonheur, qui nous empêche de le trouver. Peut être que plus on essaye d'atteindre le bonheur, plus on s'embrouille les idées au point de ne même plus se reconnaître. Alors on continue à sourire et on essaye de toutes nos forces d'être les gens heureux que l'on voudrait devenir. Jusqu'à ce que tout à coup, on comprenne que le bonheur est déjà là, pas dans nos rêves et nos espoirs, mais dans ce qu'on à déjà : le confortable, le familier.
  • Tu ne peux pas couper les ponts avec une personne en faisant comme s'il n'y avait jamais rien eu. Enfin, si tu peux, mais ça fait de toi un sans-c'ur, une sorte de grand monstre sans âme, que je pensais connaître, mais non.
  • - J'ai besoin de voir mon bébé.
    - Elle est entourée la plupart du temps de tubes et de fils. Et elle ressemble plus à un poulet qu'à un bébé. Un poulet sans plumes et sans bec. Tu devrais attendre jusqu'à ce qu'elle devienne plus mignonne.
    - Tu es la pire des marraines.
    - Tu m'as choisie.
  • D'accord, c'est vrai. Parfois même les meilleurs d'entre nous prennent des décisions irréfléchies. De mauvaises décisions. Des décisions que nous savons déjà que nous allons regretter sur le moment, à la minute, ou plus précisément le matin qui va suivre. Je veux dire peut-être pas regretter, regretter parce qu'au moins on aura été capable de prendre un risque. Mais quand même... quelque chose au fond de nous décide de faire une folie. Une chose dont on sait qu'elle va forcément se retourner contre nous. On le sait, mais on le fait quand même. Ce que je veux dire c'est... on récolte ce qu'on sème. On a ce qu'on mérite. C'est le karma et peu importe comment vous voyez sa, votre karma vous empoisonne.
  • Ça fait mal de grandir, changer. Si on vous dit le contraire, c'est un mensonge.
  • Tu sais, à chaque fois que quelqu'un sort un truc vraiment drôle, un truc qui me fait rire, je me retourne pour voir si ça te fais rire aussi, même quand t'es pas là, à chaque fois...
  • Quand on aime quelqu'un, l'amour c'est l'amour, qu'on soit censés être ensemble, ça change rien.
  • Cristina je pourrais te promettre de t'aimer et de te chérir. Je pourrais te promettre d'être la dans le bonheur et dans le malheur, de t'être fidèle jusqu'à ce que la mort nous sépare ; mais je ne le ferai pas. Ces v'ux là sont fait pour les couples optimistes, les couples pleins d'espoirs. Et si aujourd'hui je suis ici avec toi c'est pas parce que je suis optimiste ou plein d'espoir. Je ne suis pas optimiste. Je ne suis pas plein d'espoirs. Je suis sur. Je suis certain. Je sais. Je suis un homme de c'ur. Je répare des c'urs. Je remplace des c'urs. Je tiens des c'urs entre mes mains. Je suis un homme de c'ur. Alors voila ce dont je suis sur : tu es ma partenaire, mon amour, ma meilleure amie. Mon c'ur, mon c'ur bat pour toi et en ce jour, le jour de notre mariage, je te promet ceci : je te promets de remettre mon c'ur entre tes mains. Je me promets a toi.
  • On ne souhaite pas des choses faciles, on souhaite de grande choses, des choses ambitieuses, hors de portée. On fait des v'ux parce qu'on a besoin d'aide et qu'on a peur. Et on sait qu'on en demande peut-être un peu trop. On continue à faire des v'ux pourtant, parce que, parfois, ils se réalisent.
  • Et là... ou on fait un pas en avant, ou on tourne le dos et on s'en va.
  • Le cerveau est l'organe le plus mystérieux. Il enregistre... il évolue... il s'adapte... il nous dit ce qu'on voit. Ce qu'on entend. Il nous fait ressentir l'amour. C'est le berceau de notre âme. Mais peut importe la recherche, personne ne peut dire comment fonctionne cette matière grise fragile. Et quand il est blessé, quand le cerveau est traumatisé. Eh bien... il devient encore plus mystérieux...
  • Le dictionnaire définit le chagrin comme une intense souffrance mentale ou une détresse due à une peine ou une perte, une douleur aigüe, un douloureux regret.
  • Je sais qui elle est. Et si elle traverse le pire en ce moment, je veux être avec elle. Elle me rend plus heureux que n'importe qui d'autre. Et si je peux la rendre heureuse, C'est tout ce que je souhaite. C'est tout ce que je souhaite pour le reste de ma vie.
  • Ce n'est pas difficile, c'est insupportable.
  • À chaque instant, le cerveau a 14 milliards de neurones qui fusent à la vitesse de 700km/h. On ne contrôle pas la plupart d'entre eux. Quand on a froid : la chair de poule. Quand on est excité : l' adrénaline. Le corps suit naturellement ses impulsions, c'est pourquoi c'est, en partie, si difficile pour nous de contrôler les nôtres. Bien sûr, quelque fois, on a des impulsions qu'on préfère ne pas contrôler, que l'on regrette ensuite.
  • - Je préférerais avoir voulu devenir un grand chef. Ou un moniteur de ski, ou une institutrice.
    - J'aurais sûrement fait un bon postier, au fond. Je suis plutôt fiable. Tu sais, mes parents disent à tout le monde que leur fils est chirurgien. Comme si c'était le summum de la réussite. Je suis un super héros, c'est un peu ça. S'il me voyaient en ce moment.
    - Moi, quand j'ai dis à ma mère que je voulais faire médecine, elle a essayé de m'en dissuader. Elle disait que j'avais rien pour être chirurgien, que j'y arriverais pas. Alors, t'as de la chance. Super héros, c'est plutôt un compliment.
  • Vous croyez que je ne me rends pas compte qu'ils ont débranché un petit garçon de dix ans ? Vous croyez que je m'en fous ? Vous croyez que je ne sais pas pour le cercueil, le tout petit cercueil où ils vont le mettre ? Je les connais par c'ur ces cercueils, je les vois tout le temps dans mes cauchemars. Alors faites ce que vous voulez, mais moi je vais continuer à parler de fleurs, d'amour, de petits oiseaux, de toutes ces merdes comme vous dites, et je vais faire des projets pour demain. Parce que c'est ce que les gens font, Karev, ils font des projets. Il faut bien avancer. C'est la seule chose à faire, on laisse les cercueils derrière soi et on se tourne vers l'avenir, vers les autres enfants.
  • Le seul moyen de se remettre les idées en place c'est de tourner une nouvelle page ou de laisser une vieille histoire reposer en paix. Reposer... enfin en paix.
  • Et ce n'est pas si important qu'on vive heureux pour toujours, ce qui compte, c'est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c'est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.
  • Aujourd'hui, c'est le jour où ma vie commence.
    Aujourd'hui, je deviens un citoyen du monde.
    Aujourd'hui, je deviens adulte.
    Aujourd'hui, je deviens quelqu'un,
    Juste quelqu'un autre que moi-même et mes parents.
    Une personne, plus que mes notes.
    Aujourd'hui, je deviens une personne du monde.
    Au futur, à toutes les possibilités que la vie a à offrir.
    À partir d'aujourd'hui.
    Mon travail est de me montrer au monde.
    Les yeux grand ouverts, et disposée, et prête.
    Pourquoi ? je ne sais pas.
    Pour rien, pour tout.
    Pour affronter... la vie.
    Pour accepter l'amour...
    Pour prendre la responsabilité, et les choix.
    Aujourd'hui, mes amis... nos vies commencent.
    Et moi par exemple... Je suis impatiente.
  • Pour beaucoup de gens, l'hôpital est un endroit effrayant, un endroit hostile, un endroit où les malheurs se produisent. La plupart des gens préféraient l'église ou l'école ou la maison. Mais moi, j'ai grandi ici. Pendant que ma mère faisait ses visites, j'ai appris à lire dans la salle au dessus des blocs, je jouais à la morgue, je faisais des coloriages sur de vieux dossiers des urgences. L'hôpital était mon église, mon école, ma maison. L'hôpital était mon lieu sur, mon sanctuaire. J'adore cet endroit. Correction. J'adorais cet endroit.
  • On a des vies entre nos mains. Puis vient le moment où... c'est bien plus qu'un jeu.
  • Derek est l'homme de ma vie ; toi tu es mon âme s'ur.
  • Je veux qu'on se marie, je veux qu'on aie des enfants et une maison à nous. Je veux vivre avec toi et vieillir avec toi. Je veux mourir dans tes bras à 110 ans ou plus. Voila ce que je veux. Je ne veux pas 48 heures non stop avec toi. Je veux toute ma vie.
  • Les êtres humains ont besoin de beaucoup de choses pour se sentir vivant : la famille, l'amour, le sexe. Mais la seule chose essentielle, c'est d'être en vie. Il nous faut un c'ur palpitant... Lorsque notre c'ur est menacé nous réagissons de deux façons. Ou nous fuyons ou nous nous battons. Il y a une expression pour dire ça : le combat ou la fuite. C'est instinctif. Nous ne pouvons pas le contrôler... En sommes nous capable ?
  • - Maintenant que j'ai avalé ces 21 pièces de jeu, si mon frère me laisse pas jouer ma maman le grondera et il me laissera. Avouez que je suis malin !
    - Tu n'est pas malin et ce n'est pas malin, tu aurais pu te blesser.
    - Vous chercher des pièces dans mon caca depuis ce matin, alors c'est qui le plus malin des deux ?
  • Tu picoles, tu danses sur le bar, tu crois que tu es la fille la plus cool du monde. Mais en fait tu danses toute seule.
  • Chacun de vous arrive ici aujourd'hui rempli d'espoir et prêt à se jeter dans le jeu, il y a un mois vous étiez en fac de médecine, les médecins étaient vos professeurs. Aujourd'hui c'est vous les médecins. Les sept ans que vous passerez ici en tant que résidents de chirurgie seront les meilleurs et les pires de votre vie, on vous poussera à dépasser vos limites regardez autour de vous et dîtes bonjour à la compétition. Huit d'entre vous choisirons une spécialité plus facile, cinq craquerons sous la pression, deux serons prié de partir. Vous êtes sur la ligne de départ. C'est votre arène. Votre façon de mener le jeu, ne dépend que de vous.
  • Parfois on a besoin de faire une grosse bêtise pour se rendre compte qu'on était sur le mauvais chemin.
  • Croyez ce qui vous aide à mieux dormir la nuit.
  • Ne soit pas triste, quelle que soit l'ampleur de l'épreuve ! Souviens toi que ce qui t'arrive est un décret et un destin qui doit se réaliser et que l'obscurité de la nuit fini toujours par céder à la lumière du jour.
  • Je suis un évier qui n'a plus de bouchon, et tout ce que tu peux me dire va tout droit à l'égout. Alors ça sera toujours insuffisant.
  • Si quelque chose qu'on avait sans le savoir disparait, est ce que ce quelque chose nous manque ?
  • La vie est courte. C'est pourquoi je réfléchis moins, et agis plus.
  • Il n'y a pas de petits faux semblants, il n'y a qu'un océan de mensonges.
  • Je sais que pour toi Alzheimer c'était pire que mourir. Je sais que c'est une délivrance pour toi, mais c'est loin d'en être une pour moi. J'éprouve pas de soulagement. Ça me manque de ne plus entendre ta voix, Ça me manque de ne plus te parler. Tu me manques.
  • Bienvenue à tous. C'est une nuit idéale pour sauver des vies. Alors amusons nous.
  • She makes me happier than anything I've ever known. And If I can have a part in making her happy again, that's all I want to do...
  • - Mais comment voulez-vous que je dorme ?! J'ai la tête pleine !
    - Oui ! Ce sont des pensées alors débrouillez vous avec cela !
  • Tu es parfait, mais je suis débordée à essayer de coller ma vie avec du scotch et de la glue.
  • - Tu dois arrêter. Tu dois arrêter de me parler, de me demander si je vais bien et de parler à mon mec. Je t'aime, et je t'aimerai toujours. Mais je ne veux pas t'aimer. Je veux être heureuse et Jackson me rend heureuse. Et si tu continues comme ça je... je reviendrai vers toi.
    - T'as raison, je suis désolé.
    - T'as eu ce que tu voulais, une famille, alors laisse moi avoir ce que je veux.
    - J'ai dit que t'avais raison. J'ai dit à Avery que je te laissais tranquille. Je te libère Lexie.
  • Ce qui était à moi, il me l'a pris. Il a pris des petits morceaux de moi. Petit morceaux au fil du temps mais si petit que j'ai pas fait attention...
  • Parce que le seul remède contre la paranoïa, c'est d'être là ! Dans le présent, comme on est !
  • Moi je veux des clairs de lune, des fleurs, des douceurs et des mecs qui me serrent dans leurs bras !
  • Je ne vois aucune raison qui me pousse à devenir chirurgien. Mais j'en vois des milliers qui me poussent à abandonner.
  • Vous vous souvenez de votre enfance à l'époque ou vous croyiez aux contes de fée ? Vous faisiez des rêves sur ce que serait votre vie : la robe blanche, le prince charmant qui vous emporte jusqu'à son château sur la colline. Vous vous allongiez le soir dans votre lit, vous fermiez les yeux et vous y croyiez dur comme fer. Le père noël, la petite souris, le prince charmant, ils étaient si proches que vous auriez pu les toucher. Mais finalement vous grandissez, un jour vous ouvrez les yeux et le conte de fée disparaît. La plupart des gens se dirigent vers des choses et des gens en qui ils ont confiance. Mais le fait est que c'est difficile d'oublier complètement les contes de fée, parce que chacun de nous garde toujours une minuscule part d'espoir, de foi, et se dit qu'un jour il ouvrira les yeux et que ses rêves deviendront réalité. En fin de compte, la foi est une chose très particulière, elle se révèle quand on ne s'y attend pas. C'est comme le jours où l'on réalise que les contes de fée peuvent être légèrement différents de ce qu'ils étaient dans nos rêves. Le château peut ne pas être un château. Et ce n'est pas aussi important qu'on vive heureux pour toujours, ce qui compte c'est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c'est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.
  • Nous ne pouvons pas prétendre que l'on ne nous a jamais dit. Nous avons tous entendu les proverbes, les philosophes, avons entendu nos grands-parents nous avertir du temps gaspillé. Avons entendu les poètes damnés nous répéter de saisir le jour. Cependant, un jour ou l'autre nous devons voir par nous-mêmes...
    Nous devons faire nos propres erreurs. Nous devons apprendre nos propres leçons. Nous devons continuer à remettre les choses au lendemain, jusqu'à ce qu'on ne puisse plus le faire. Jusqu'à ce que l'on comprenne ce que Benjamin Franklin à voulu nous dire. Il vaut mieux savoir que de rester dans le doute. Il vaut mieux être éveillé que de dormir. Et que même le pire fiasco... même la pire erreur, vaut mieux que de ne rien avoir tenté.
  • - Personne n'a qu'une seule âme s'ur, ce serait triste. Ils méritent mieux qu'une personne qui les rend malade. Tu mérites mieux, toi aussi. Comme il y a plus d'une âme s'ur pour une personne, il y aurait la queue si les hommes savaient que tu es libre.
    - Toi, tu serais dans la file ?
    - Oui, je suis dans la file.
  • C'est comme d'être dans un train qui roule à 300 km/h. Ce serait vraiment, vraiment très chouette de descendre et de rester sur le quai une petite minute.
  • Ça fait mal de faire des erreurs. Mais ça permet de savoir qui on est réellement.
  • I love you. I do. I love you. I've always been in love with you. I will always be in love with you. Which is why you have to stay alive. We can get married, and you're going to become an amazing surgeon. And we're going to have 2 or 3 kids. Yeah, a sister and two brothers. We're going to be happy, Lex. You and me, we're going to have the best lives, Lexie. You and me. We're going to be so happy. So you can't die, okay ? You can't die. Because we're supposed to end up together. We're meant to be. I love you. I love you. I love you. I love you. I love you.
  • « Il était une foi [...] et ils vécurent heureux », sont des contes de fées et... les contes de fées ne deviennent pas réalité. La réalité est plus houleuse, plus sombre, plus effrayante. Mais la réalité c'est tellement plus intéressant que de vivre heureux jusqu'à la fin de ces jours...
  • You either die hero or you live long enough to see yourself become the vilain.
  • - Il y a un an, flics et avocats vous ménageaient. Que s'est-il passé '
    - Que proposez-vous '
    - C'est simple, tuer le Batman.
  • Bien le bonsoir, je suis l'animation de la soirée !
  • - Vous vous êtes fait dévorer par un tigre '
    - Non par un chien.
    - Hein '
    - Un énorme chien !
  • - Harvey '! Je te croyais mort.
    - À moitié.
  • Les choses doivent toujours empirer avant de s'améliorer.
  • Let me get this straight: You think that your client, one of the wealthiest, most powerful man in the world, is secretly a vigilante who beats criminals to a pulp with his bare hands. And your plan is to blackmail this person' Good luck.
  • The night is darkest just before the dawn
  • This is what happens when an unstoppable force meets an immovable object.
  • - Je vous prépare la batmoto monsieur '
    - En pleine journée Alfred ' Pas très subtile.
    - La Lamborghini alors... beaucoup plus subtile.
  • - De la combativité ' J'aime ça !
    - Alors tu vas m'adorer !
  • Nous sommes... l'animation de la soirée !
  • Do you want to know how I get my scar '
  • Do I really look like a man with a plan '
  • La nuit est longue avant l'aube...
  • Où va le monde ' Je vous le demande.
  • I'm a messenger of chaos!
  • La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles.
  • Wanna see a magic trick'
  • - Quelle est la différence entre vous et nous '
    - Je ne porte pas de protège tibias !
  • Slaughter is the best medicine.
  • - Tu sais à qui je dois ces cicatrices '
    - Non, mais je sais à qui tu devras celle-là !
  • La seule moralité qui tienne dans un monde cruel est la chance. Impartiale. Équitable. Vraie.
  • - Il y a bien longtemps, j'étais en Birmanie avec des amis et nous travaillions pour le gouvernement local; ce dernier voulait acheter la loyauté des chefs de tribu en leurs offrant des pierres précieuses. Mais leurs caravanes furent attaquées dans une forêts au nord d'Anrangoune. Nous partîmes à la recherche des pierres. Mais en six mois, jamais nous n'avions trouvé quelqu'un à qui il avait essayé de les vendre. Un jour je vis un enfant jouer avec un rubis de la taille d'une mandarine. Le bandit avait jeté son butin.
    - Pourquoi l'avoir volé '
    - Oh parce que c'avait dû l'amuser, parce que certains hommes refusent de se plier à toutes logiques comprises. On ne peut ni les acheter, ni les persécuter, ni les raisonner, ni négocier avec. Certains ne rêvent que de voir le monde brûler.
  • Tuer, c'est faire un choix.
  • Je suis comme un chien enragé qui court après une voiture, mais si j'en attrape une je ne sais pas à quoi elle me serait utile.
  • Quand on a du talent, on se doit d'en tirer profit.
  • Pourquoi cet air si sérieux '
  • Let's put a smile on that face!
  • Introduire une goutte d'anarchie, déranger l'ordre établi et tout devient brutalement... chaotique...
  • Tu veux savoir d'où viennent ces cicatrices ' Mon père était un ivrogne... et un sadique ! Et, un soir alors qu'il est plus toc toc que d'habitude ; maman chope le couteau de cuisine. Il n'apprécie pas, il n'apprécie pas du tout. Ensuite... moi regardant, il lui enfonce le couteau dans un immense éclat de rire. Et il se tourne vers moi et il dit « Pourquoi cet air si sérieux ' ». Il s'approche avec sa lame. « Pourquoi cet air si sérieux ' ». Il m'enfonce la lame dans la bouche ! « Il faut mettre un petit sourire sur ce visage ! ». Et... pourquoi cet air si sérieux '
  • Toi, tu refuses de me tuer par principe. Et moi, je refuse de te tuer parce que tu es tellement amusant.
  • Parce qu'il est le héros que Gotham mérite. Pas celui dont on a besoin aujourd'hui... Alors nous le pourchasserons. Parce qu'il peut l'endurer. Parce que ce n'est pas un héros. C'est un Gardien silencieux... qui veille et protège sans cesse. C'est le Chevalier Noir.
  • See to them, you're a freak... Like me!
  • Ce qui ne me tue pas me rend plus... bizarre.
  • Dans le temps j'avais une femme qui était magnifique, comme toi. Qui m'disait que je n'devrais pas m'inquiéter autant... que je devrais sourire plus. Elle était accro aux jeux et elle s'est fait piéger par des requins. Un jour ils lui ont lacéré le visage. On avait pas l'fric pour la soigner. Elle l'a pas supportée... mais j'voulais juste revoir son sourire, je voulais juste qu'elle sache que je me fichais des cicatrices. Alors, je me suis collé un rasoir dans la bouche et regarde... c'que j'me suis fait. Et tu sais... je lui ai donné l'envie de vomir. Et elle s'est envolée... Mais maintenant je vois le bon coté. Maintenant je peux sourire en permanence.
  • Soit on meurt en héros, soit on vit assez longtemps pour se voir endosser le rôle du méchant.
  • Certains hommes sont sans but logique. On ne peut les acheter, les intimider, les raisonner ou négocier avec eux. Certains hommes veulent juste voir le monde brûler.
  • Why so serious'
  • Tu sais... tu sais ce que j'ai remarqué ' Personne ne panique quand tout se déroule selon le plan. Et ceci même si le plan est affreux. Si demain soir je dis à la presse que, un brigand va se faire descendre ou qu'un fourgon chargé de soldat va exploser... personne ne panique. Parce que tout ça, ça fait parti du plan. Mais si je dis qu'un, malheureux petit maire va mourir. Alors là... tout le monde s'affole ! On entrouvre la porte à l'anarchie, on bouscule l'ordre établi et très vite le chaos le plus total règne. Et moi j'annonce le chaos... et tu sais ce qu'il a pour lui le chaos ' ... Il est impartial !
  • Dans leurs derniers moments la plupart des gens révèlent qui ils sont réellement.

  • Citations du thème Films

  • Replica Watches UK
  • Replica Watches UK
  • Si c'est grave, elle arrête sa carrière, ca veut dire qu'il vont faire mourrir son personnage, et moi j'arrête tout, et je perds tout !
  • On s'en fou des dettes, la série cartonne, elle est pas prête d'arrêter.
  • On a signé le contrat pour la saison 3, et du coup, ils ont triplé mon salaire, je te laisse imaginer la saison 4 !
  • Bonjour Tata Jeanne : regarde mon dessin !
    Oh, c'est très moche !
  • T'as rien remarqué ?
    T'as grossi ?
    Non, je me suis acheté une voiture
    Oui, une smart..
    Décapotable !
  • Tu vas être une star!
  • Les calins, moi çà me dégoute.
  • C'est qui justine ? C'est une copine ? Elle est francaise? Zappez, on est au ramadam
    Haut page citation


  • Voir le site Mobile | Classique